À la rencontre de: Speng Squire

 Rencontre intime avec le rappeur montréalais

Originaire de Montréal, Speng Squire, âgé de 21 ans, est un artiste émergent qui est plus habile à rapper que parler. Il est tout nouveau sur la scène musicale, mais cela ne l’a pas empêché de performer avec des artistes tels que Travis Scott et Schoolboy Q – il a d’ailleurs déjà ouvert son spectacle dans le passé. Avec des performances au Club Soda en avril et récemment au Festival Mural, Speng Squire est définitivement en train de faire du bruit au sein de la scène rap montréalaise.

Speng s’est arrêté au lounge Hennessy dans le cadre du Festival Mural où il s’est dévoilé un peu plus sur l’homme derrière les beats.

Voici une chanson à écouter pendant la lecture de ce profil d’artiste.

Comment la flamme a éclos

Sa passion a commencé avec un amour profond pour le rap et « l’art du poème et de l’écriture ».

Lil Wayne fut définitivement une grande influence dans son développement créatif.   

« C’est au moment où l’album The Carter 2 est sorti que j’ai vraiment commencé à écouter de la musique. »

Speng Squire Mural 2017

Initialement, Speng Squire n’envisageait la musique que comme un simple passe-temps.

« Je rappais sur des beats sur lesquels je ne devais pas rapper. Je rappais sur des beats gratuits trouvés sur YouTube et je me forçais à ne pas copier ce que j’entendais.»

Il écrivait et enregistrait simplement pour le plaisir jusqu’à ce qu’il entre en contact avec DRTWRK, qui est actuellement son agent. Cette rencontre fut un virage important puisqu’il réalise finalement le potentiel qu’il a entre les mains. C’est ce qui le pousse à faire de ce passe-temps quelque chose davantage significatif.

« À la fin 2015 – début 2016, j’ai rencontré DRTWRK et commencé à écrire et travailler sur des beats. C’est à ce moment que j’ai eu l’impression de niveler vers le haut. »

Speng Squire Mural 2017 *Speng Squire avec son manager DRTWRK

Cette collaboration marqua le début pour lui. En effet, cela lui permet de réaliser le pouvoir vocal qu’il possède.

« Il n’y a pas longtemps j’étais moi-même un consommateur de musique. Être de l’autre côté est encore totalement nouveau pour moi. Je suis très content de tout le support que je reçois et je trouve ça fantastique que les gens s’identifie à moi. C’est un sentiment indescriptible. »

En voici davantage sur Speng Squire, un artiste qui dépeint bien l’art de la conquête.

He’s in  the process of finding his sound

Describing this chapter of his life in one word: ‘‘Development’’. Saying that he is yet in search of his sound and trying to grasp who he wants to be. Then again, it’s to be kept in mind that he is indeed only 21 and is nonetheless in a pretty outstanding line of work.

The important part is that he is pushing himself, purposely stepping outside of his comfort zone, trying to explore new ground that will lift him as an artist.

‘‘Not just with music but with everything in life I’m pushing myself to be more open minded & with that, i feel like it’s showing in my new material. ’’

It’s off of the basis of exploration that he creates content for his music. He’s the type of person that is inspired by his environment: It’s the little moments that instigate his moments of ‘‘spark’’ and ‘‘the rest just happens naturally’’ he says.

Le processus de trouver son propre style & son

Speng Squire Mural 2017

Si on avait à décrire ce chapitre de sa vie en un mot : Développement. Speng est encore à la recherche de son son et essaie de trouver son propre style. Encore une fois, il faut garder en tête qu’il n’a seulement que 21 ans et qu’il est déjà sur une excellente voie. Le plus important c’est qu’il se dépasse et s’efforce de sortir de sa zone de confort afin d’explorer de nouveaux terrains qui vont le faire grandir en tant qu’artiste.

«Je m’efforce aussi à être davantage ouvert d’esprit et j’ai l’impression que ça transparaît dans mes nouvelles productions. »

C’est essentiellement son environnement qui le pousse à créer. Ce sont les moments de tous les jours qui suscitent des étincelles de création et « le reste arrive naturellement », dit-il.

Pour Speng, la clé est la consistance

Percer dans la scène de rap à Montréal n’est pas chose facile, mais Speng est déterminée.

« J’ai envie de m’accomplir à travers la musique. Si je peux produire 4 ou 5 projets en un an, je veux le faire. »

Speng Squire Mural 2017

Speng trouve qu’actuellement les artistes manque de persistance au niveau de la production de nouveau contenu, c’est pourquoi il s’efforce d’être toujours au devant.

« Nous sommes conscients que je suis jeune donc que j’ai encore beaucoup de temps devant moi, mais on sait aussi que les consommateurs de musique sont avides et veulent constamment de la nouvelle musique, du nouveau matériel. Par conséquent, nous devons nous dévouer à toujours être 5 pas en avant afin d’avoir du nouveau matériel à présenter. »

Choisir le bon moment

Il semblerait que les astres sont alignés pour Squire. Il n’y a pas meilleur moment pour percer sur la scène musicale montréalaise. On peut penser notamment à Kaytranada qui est devenu une référence incontournable à Montréal.

Comme mentionné dans une entrevue avec FADER:

Speng Squire Mural 2017

« J’ai vraiment l’impression qu’il n’y a pas de meilleur moment pour les artistes émergents de Montréal. Il y a une large voie pour nous et mon but avec Expressions Of Now est de combler un vide au niveau de la musique originale. Afin de ressortir de la foule, je reste avec ce que je fais de mieux : des paroles qui sont vraies et un refrain duquel les gens peuvent s’identifier. »

Son premier album Expressions Of Now est disponible maintenant.

Restez à l’affût de ses nouveaux projets qui seront lancés prochainement.

I confirm that I have reached the legal drinking and purchasing age within my country of residence.