Édition Limitée: Quand le street art de JonOne s’empare de Toronto

Article écrit par: Tara Leigh Rose

Nous sommes tous guidés par quelque chose, quelque chose qui nous empêche de renoncer quand la vie se corse, ce quelque chose, c’est l’esprit de conquête. Pour John Andrew Perello, mieux connu sous le nom de JonOne, c’est son désir de promouvoir ses racines d’art de la rue et son énergie brute. Cet artiste de la rue, devenu véritable phénomène du milieu artistique, repousse constamment les limites. Il était donc le créateur tout désigné pour concevoir la bouteille Hennessy Very Special Édition limitée de l’année.

Le parcours de JonOne a commencé dans le quartier New Yorkais de Harlem, alors qu’en pleine nuit, il marquait les trains, qui devenaient ses canevas. Bien que l’art du graffiti est souvent décrit comme étant brut, informel et grunge, il y a quelque chose de poétique dans les débuts de JonOne, alors que son art arpentait perpétuellement les quartiers de la ville.

Toronto, le 22 Septembre 2017

C’est l’été à Toronto au 351 King Street Est. Lorsque l’ascenseur s’ouvre sur le 17e étage, les fêtards sont accueillis dans l’univers de JonOne. Une sélection d’oeuvres de l’artiste est installée et la salle prend l’allure d’une galerie. L’oeuvre « Liberté, Égalité, Fraternité », inspirée par la toile « La liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix, souligne l’influence parisienne résonnant dans l’oeuvre de l’Américain résidant maintenant dans la Ville Lumière.

Performance d’art vivant

« Toronto, you’re the most beautiful people of the world », affirme haut et fort l’artiste. JonOne a la faculté d’épater une foule en quelques secondes. Bien que Toronto a la réputation d’être difficile à impressionner, ainsi baptisée la capitale « Screwface » du Canada, il n’y manque pas de jeunes artistes créatifs porteurs du mantra « L’esprit de conquête ». Un seul coup d’oeil à la foule qui attendait impatiemment l’apparition de JonOne permettait d’affirmer sans aucun doute que Toronto apprécie le talent brut de l’artiste. Pour bien des artistes, son parcours sert d’exemple et l’artiste garde malgré tout, les deux pieds sur terre.

Le regarder peindre en direct permet de comprendre la complexité et l’effort qui lui est nécessaire pour compléter une toile. Il peint des couches et des couches en choisissant des variantes de couleurs, il fait gicler la peinture à la Jackson Pollock et, en l’honneur de ses débuts en graffiti, y marque sa signature.

De ses humbles débuts dans Harlem, cet artiste de la rue a su impressionner le monde de l’art international avec sa résilience et démontrer qu’il est possible d’avoir un impact sur l’art avec un grand A, et jusqu’à peut-être même le redéfinir. Son histoire incarne la conquête.

I confirm that I have reached the legal drinking and purchasing age within my country of residence.